15 janvier 2015

Conseil d'arrondissement du 14 janvier 2015

Le 14 janvier 2015 à 18 heures, le Conseil d'arrondissement du 4ème arrondissement s'est réuni pour la septième fois depuis son installation. 

Tous les élus étaient présents, excepté Geoffroy Bertholle, adjoint aux sports.

La séance a commencé par une minute de silence en mémoire des victimes des deux dramatiques prises d'otages de ces derniers jours.

Des projets de délibération étaient soumis au vote consultatif du Conseil (voir les documents publics). 

Marie Guyon, Emmanuel Hamelin et moi-même avons formulé les remarques ou questions ci-après et voté de la façon suivante :

Sur les délibérations  de la N° 4-15-99 à 107, nous avons voté pour. Elles ont été approuvées à l'unanimité.

A la suite de Marie-Agnès Cabot (EELV), Emmanuel Hamelin est longuement revenu sur le projet de fermeture de l'Internat Favre, abordé lors du précédent Conseil municipal, en demandant que cette décision soit reconsidérée dans le cadre des compétences de la nouvelle métropole. J'ai moi-même évoqué ce dossier dans mon intervention sur le budget primitif 2015. Les réponses de David Kimelfeld nous laissent espérer un éventuel revirement sur ce dossier. A suivre avec la plus grande attention.

Sur la délibération 4-14-108 : RAPPORTEUR : DAVID KIMELFELD

OBJET : Création de nouveaux tarifs d’occupation commerciale du domaine public.

Je suis intervenu en ces termes : 

" Avec Marie Guyon et Emmanuel Hamelin, deux points sur ce projet de délibération : l’un pour expliquer notre position de vote ; l’autre pour exprimer un regret.

Notre position de vote : nous voterons contre ; contre le principe même qui consiste - en temps de crise - à créer de nouvelles recettes publiques en général et sur les commerces en particulier. Et, plus encore sur les journaux gratuits alors que l’Etat les soutient financièrement pour contrebalancer la baisse de leur diffusion (-3,4% en 2012) : cette délibération, honnêtement, c’est une incohérence économique mais aussi en termes de politique publique…

Au passage, sur la forme, je ne comprends pas le titre de la délibération « création de nouveaux tarifs » puisqu’il s’agit en vérité de créer de nouvelles redevances.

Ce sera donc sans nous et nous vous laissons seuls rechercher de malheureux subsides auprès d’une presse écrite qui globalement souffre, de livreurs de pizzas et autres concessionnaires qui sont loin de faire fortune.

Un regret : à travers cette délibération est évoqué indirectement le BP 2015 de la Ville de Lyon dont le vote devrait intervenir dans quelques jours. 

Le vote d'un budget, c'est un moment important dans la vie d'une collectivité et d'un groupe d’élus.

De ce point de vue, je regrette que ce budget ne soit pas a minima présenté, même dans une forme très simplifiée, au niveau des arrondissements. Je le comprends juridiquement (c'est le Conseil municipal qui vote l'impôt) mais pas sur le plan politique et de la communication. Ce qui nous reste ici, ce sont donc uniquement les conséquences des budgets primitifs et modificatifs : essentiellement, l’octroi de subventions... On le voit encore aujourd’hui dans l’ordre du jour.

Personnellement, j'ai la chance de participer aux travaux de la Commission des finances. J’ai eu une présentation détaillée du BP 2015. Ce n'est pas le cas pour tous les membres de notre Conseil qui ne sont pas conseillers municipaux, encore moins pour l'assistance et les Croix-Roussiens qui s'intéressent au débat public et seraient sans doute preneurs de cette présentation.

Je ne doute pas qu’ils auraient aimé entendre vos explications sur la hausse des impôts (une hausse annoncée - il est vrai – pendant la campagne 2013, année au terme de laquelle le chômage devait cesser de progresser) : une hausse de +5,3 % du produit fiscal au moment même où on nous annonce des hausses tous azimuts : les tarifs SNCF (+2,6% d'augmentation), les timbres postaux (de 7 à 15%), le gaz (+2%), l'électricité (2,5%), le ticket TCL (+4,8%), etc.

J’aurais apprécié échanger avec vous sur l'augmentation des effectifs de la Ville de Lyon (+ 88 ETP, 42 emplois supplémentaires), sur l'augmentation des subventions aux associations de droit privé (+5,6%) et sur la mesure d'économie que représenterait la fermeture de l'Internat Favre dans notre arrondissement (sur sa priorisation par rapport à d’autres choix d’économies, voir l'article précédent)

De tout cela, il n’y aura rien ici : nous devrons nous contenter des miettes du débat budgétaire. J’ai donc le sentiment qu’à notre niveau, celui de la proximité, aussi bien pour les élus que pour les citoyens, c’est un peu "circulez, y a rien à voir"… Je le regrette car nous ratons l'occasion de vrais échanges, peut-être de mieux se comprendre et, dans tous les cas, de faire réellement vivre notre démocratie locale. 

Je vous remercie."

Nous avons voté contre. Elle a été approuvée à la majorité.

La séance a été levée vers 19 heures 20.

Dans son édition du lendemain et du surlendemain, Le Progrès de Lyon a publié l'article suivant.

Dès sa communication, je ferai paraître ici la retranscription officielle de ce Conseil.


4 janvier 2015

Cabinet "King Size" pour le maire de Lyon

En cette veille d'épiphanie, je dévore - bien que repu par une galette des rois digne de notre prospérité passée - le dernier opus de M. Gérard Collomb intitulé "Budget primitif 2015 - rapport du maire" ; histoire de préparer la prochaine Commission des finances de la Ville de Lyon, convoquée le 5 janvier après-midi.

Un rien indigeste, la lecture de ce satisfecit de 86 pages me plonge progressivement dans cet état de somnolence bienheureuse qu'on nomme sieste dominicale. Quand soudain, mon esprit amadoué par tant d'informations optimistes croise le nombre prévisionnel d'Equivalents Temps Plein (ETP) par direction. Et quelle n'est pas ma surprise de découvrir le chiffre de 117,8 ETP pour le seul cabinet du maire de Lyon. En nombre d'agents, cela peut représenter aisément 130 salariés et, par comparaison, un tiers des effectifs de la direction des "Espaces verts" de la Ville (381 ETP en 2014) !

Mais que font toutes ces personnes ? 

Je vais illico presto à la page 31 du document qui évoque quatre programmes : 

- Relations publiques : la "Commission réception qui analyse et arbitre préalablement toutes les demandes de prise en charges de frais ou de prêt de salons" et gère le budget affecté aux inaugurations et autres poses de première pierre...
- le "Collège d'éthique de la vidéo-surveillance des espaces publics"...
- le "Conseil lyonnais pour le respect des droits", logé manifestement ici pour des raisons juridiques et budgétaires...
- Déplacements officiels (la seule information est que "le calendrier des déplacements officiels est pour l'instant non arbitré")

Les chiffres clés annoncent par ailleurs 221 visites guidées des salons de l'Hôtel de Ville et 380 réceptions, soit 601 activités.

Je tente un raisonnement : 

Une dizaine de collaborateurs (directeur, chef de cabinet, conseillers techniques, chargés de mission...) pour le cabinet politique du maire d'une grande ville devrait suffire, sachant que ce dernier, président de la métropole, en a sans doute autant à sa disposition au Grand Lyon.

130 - 10 = il reste 120 salariés

Les relations publiques, assurées par des agents travaillant entre 150 à 200 jours/an, nécessitent, au mieux et en garantissant une continuité du service, une trentaine de salariés (30 X 180 = 5400 jours/homme, soit près de 9 jours pour chaque activité de relations publiques décrite précédemment !). Je fais évidemment abstraction des 15 ETP qui seront affectés cette année au protocole, 10 aux animations évènementielles et les 24,4 à la communication externe de la Ville de Lyon.

120 - 30 = il reste 90 salariés

Admettons que, toujours dans un excès de générosité, la Commission réception, le Collège d'éthique et le Conseil Lyonnais nécessiteraient 10 ETP chacun pour fonctionner tout au long de l'année.

90 - 30 = il reste 60 salariés.

Que font, au vu des informations communiquées par ce rapport, les soixante salariés restants ?

En tant qu'élu d'arrondissement, est-ce permis de poser cette question ? Est-ce envisageable d'accéder à ce type d'informations ? Pour ce faire, faut-il s'adresser au contrôle de gestion interne (11,4 ETP), à la direction des ressources humaines (15,4 ETP) ou celle des emplois et compétences (131,7 ETP) ? Faut-il que je demande à la mission Organisation et Méthodes (2 ETP), à cette autre direction qui se nomme "Ressources et contrôle de gestion" (11,6 ETP) ou plus directement à la direction générale des services (15,6 ETP) ? A moins que la Gestion administrative des personnels (48,7 ETP) voire la direction "Relations Sociales et Vie au travail" (33,8 ETP) soient mieux placées pour me répondre. 

Au-delà, est-ce autorisé d'imaginer le redéploiement de l'éventuel sureffectif du cabinet "King Size" du maire de Lyon vers les directions qui perdent des personnels ? Celles-ci sont rares (puisqu'on notera 88 ETP supplémentaires au total, pour atteindre le chiffre prévisionnel record de 6966,7 ETP) mais y figurent notamment la direction "Economie, commerce et artisanat"  qui passe de 54 à 50 ETP... ou les affecter à la direction "Service au public et sécurité" qui ne comptera en 2015 que deux temps plein ?

NB : La fermeture de l'internat Favre, dans le 4ème, représente selon M. Brumm, adjoint aux finances, une "économie" de 1,4 M€ ? En comparaison, que représentent les budgets relatifs à ce cabinet "King Size" ? Il y avait peut-être d'autres sources prioritaires d'économie que celle qui consiste à faire disparaître un établissement accueillant des enfants en difficultés éducatives et sociales.

2 janvier 2015

Bonne et heureuse année !

En ce début d'année, je vous présente mes meilleurs voeux pour 2015. Santé, bonheur et réussite dans vos projets, à vous et à vos proches. Quant à la prospérité, je vous la souhaite de tout coeur, en dépit des errements du gouvernement de M. Valls et de l'incurie de M. Hollande !

Mes voeux s'adressent notamment à celles et à ceux qui ont traversé des difficultés en 2014 ou connu de grandes peines : puisse cette nouvelle année leur apporter joie et réconfort.

2015 sera une année importante sur le plan politique : ce sera en particulier celle du rassemblement autour Nicolas Sarkozy, désormais à la tête de l'UMP. En tant que nouvel élu du 4eme arrondissement de Lyon et référent de Bruno le Maire pour la 2ème circonscription du Rhône, vous pouvez compter sur moi pour favoriser ce rassemblement et poursuivre le travail bénévole de proximité et d'information que j'ai initié en avril dernier. 

Avec mes colistiers, Marie Guyon et Emmanuel Hamelin, je reste a votre disposition et à votre écoute pour faire entendre votre voix : celle des Lyonnaises et des Lyonnais que nous sommes fiers de représenter.

Bonne et heureuse année à tous !