17 avril 2014

Deni de démocratie

Gérard Collomb a été élu le 16 avril dernier, au 1er tour, à la présidence du Grand Lyon. 

Des maires et conseillers communautaires, élus dans leur commune par le centre et la droite, ont voté pour le sénateur-maire socialiste de Lyon. Alors que l'agglomération a largement basculé à droite (Rillieux-la-Pape, Décines, Saint-Priest, Saint-Fons, Chassieu, Francheville, Mions, Saint-Germain-au-Mont-d'Or et Pierre-Bénite), la gouvernance de la future métropole restera pour six ans à gauche.

Quelques rond-points, un bon discours sur l'ouverture et la perspective d'indemnités de vice-présidents auront sans doute suffit à convaincre ces élus qui ne disent pas encore leur nom.

Electeurs et électrices du Grand Lyon : on vous a refusé ce qui vous était dû. C'est un déni de démocratie. Si, par réaction, vous comptez vous abstenir ou voter FN à la prochaine élection, sachez que votre colère profitera au pouvoir en place - chantre de la démocratie locale - qui joue depuis des années avec le clientélisme, la manipulation et l'arme de la division.